Edito

Mens sana in corpore sano

Cette phrase du poète romain Juvénal, beaucoup parmi nous, qu’ils aient fait du latin ou non, peuvent la traduire : un esprit sain dans un corps sain. On nous le répète sur tous les tons. Il faut bouger pour ne pas s’empâter, pour ne pas s’encrasser … Il faut se dépenser pour rester en bonne santé. Faire du sport ou de l’exercice physique fait partie de l’hygiène de vie la plus élémentaire. Nous le savons tous.
Dans la foi, il faut aussi « se bouger ». Pas simplement pour ne pas prendre de l’embonpoint, s’installer dans la routine ou dans une bonne conscience qui bloque toute remise en question ou tout engagement concret. L’hygiène de foi la plus élémentaire nous rappelle qu’il faut faire du sport. Et parmi les sports essentiels : la prière.

Faites du sport !

La prière est un peu comme une randonnée. Au début, le corps se plaint. On manque d’entrainement. On n’a plus l’habitude. Ça coince ici et là et ça fait mal. Alors surgissent certaines réactions : « Ai-je bien fait de ma laisser embarquer là-dedans ? Qu’est-ce que je fais là ? Je perds mon temps. Ça marche pas. » Et il y a le souvenir de ce qu’on a laissé derrière soi … Puis, peu à peu, le rythme se prend. La marche devient plus naturelle, le corps s’assouplit et l’esprit se libère. On est là tout simplement et ça fait du bien.
Très souvent la prière semble faire partie des disciplines olympiques réservées aux génies les plus doués. Les moines et les moniales, oui ! Mais moi ? « Je n’y arrive pas et je suis facilement distrait » diront certains. Dans la prière, chacun a sa technique. Il n’y a pas de formule miracle. Comme le disait un auteur anglais qui rencontrait un de ses amis à une soirée : « Comme nous n’avons pas le temps de parler de nous deux… alors parlons de moi! »
Souvent la prière commence ainsi. Je partage à Dieu tout ce qui m’habite … tout en pensant à la course que je ne dois pas oublier de faire juste après. Puis vient le moment du silence. Un silence qui fait peur. Et pourtant … alors … nous sommes avec Dieu. Prier, ce n’est pas penser à Dieu. Quand nous sommes avec nos amis, nous ne pensons pas à eux. Nous sommes avec eux. C’est là l’essentiel. Pour la prière c’est pareil. Prier, c’est être avec Dieu. Et là, quel cadeau !
En ces mois d’été, je vous souhaite de prendre le temps de faire le sport qui sera bon pour votre coeur. Tous les jours un petit peu. A votre mesure et à votre rythme. Ça fait tellement de bien. Ça vaut le coup d’essayer, non ? Bel été à tous !

Père Pierre Vandormael