Edito

En fin d’année …

Une avalanche de catastrophe naturelles, des succès pour les extrêmes en politique, des problèmes économiques et sociétaux de plus en plus difficiles à comprendre et à maîtriser, un vécu familial épuisant ou douloureux … Comment s’étonner alors que certains d’entre nous, spectateurs affligés de l’actualité et de leur propre vie, ne sombrent dans la lassitude et le pessimisme ? Beaucoup d’amertume, un grand sentiment d’impuissance nous attendent au tournant et s’imposeront sans difficulté, en nourrissant au passage le cynisme … à moins que … nous n’accueillions les étincelles de vie et de lumière qui traversent l’obscurité pour nous rejoindre.

… un peu de paix

Fixer ces minces filets lumineux, ce n’est pas se réfugier dans un ailleurs idéal et idyllique. Ce n’est pas se braquer uniquement sur ce qu’on a envie de voir, pour entendre seulement ce qu’on a envie d’entendre.
Se laisser atteindre par ces filets de lumière, c’est puiser force et énergie pour affronter le quotidien et agir, chacun à sa place, dans ce monde où nous sommes plongés.
Parmi ces rayons de clarté, il en est un qu’on se rappelle chaque année : le cri d’un nouveau-né poussé il y a 2000 ans, quelque part dans la campagne de Palestine. Un cri à peine audible dans la nuit. Un cri semblable à tant d’autres cris de bébés qui voient le jour. Cri de peur ou de douleur. Cri de vie qui rejoint le cri de tous les humains depuis la nuit des temps. Par cet enfant, je le crois, Celui qui est plus grand que tout déchire les ténèbres pour nous rejoindre. Pas de grand discours ou de démonstration brillante. Mais l’extrême fragilité d’une vie qui balbutie et qui remet chaque chose à sa juste place. Une vie naissante qui donne toutes les raison de se battre pour un monde différent.
Je le crois, le cri de l’enfant de Bethléem ne cesse de résonner depuis 2 millénaires. Son écho tourne à l’infini pour se mêler à la vie des humains.

… s’il vous plait !

En cette fin d’année, un seul souhait : un peu de paix … s’il vous plait ! Pour les cœurs, les peuples et les familles. Que chacun puisse se laisser atteindre par ces rayons de lumière dont nous avons tant besoin. Ces rayons qui peuvent nous transformer en être lumineux, les uns pour les autres.

Bonne fin d’année à tous et belle fête de Noël !

Père Pierre Vandormael

Publicités